Banques

Ecobank engage APO pour gérer sa réputation

APO, le leader mondial de la communication en Afrique, devient le porte-parole de la première et plus étendue banque d’Afrique, Ecobank. Qui sont ces deux acteurs majeurs et pourquoi ce partenariat ?

Ecobank a commencé ses activités sous le nom de d’ETI (Ecobank Transnational Incorporated) en 1988 au Togo. La création de cette banque privée avait pour but de diversifier le type de banque présente en Afrique. En effet, à l’époque, seules des banques d’Etat et étrangères couvraient le marché. Aujourd’hui Ecobank est présente dans 36 pays d’Afrique, étant ainsi la banque qui couvre le plus de pays sur le continent. Elle propose des services aux particuliers, aux entreprises et sur les marchés des capitaux. Elle dispose aussi de bureaux de représentation à Londres, Dubaï, Beijing…

La bonne situation financière d’Ecobank

Avec environ 75% de son passif provenant des dépôts de ses clients au premier trimestre 2015, la situation financière d’Ecobank est bonne. Seulement 50% de ses actifs sont des créances à plus ou moins long terme. Ce trimestre comparé au premier de 2014 montre une augmentation de 30% du résultat net. Une seule remarque négative serait la chute de 5% dans les dépôts de la clientèle entre ces deux périodes. On notera aussi que les résultats nets sont fortement en hausse de 2010 à 2014, en dehors de 2013.

VOIR AUSSI  L’IFC et Ecobank s’allient pour aider les PME des pays les plus pauvres

Pourquoi Ecobank fait appel à APO ? L’African Press Organization est le seul organisme de presse dédié à l’Afrique entière. Elle aurait plus de 150 000 contacts au sein de tous les médias. Cette compagnie ne limite pas ses activités aux communiqués de presse et à leurs distributions mais offre aussi des conseils stratégiques de communication en relation publique et avec les gouvernements. Elle peut organiser des évènements promotionnels tout comme communiquer lors de crises. Le portefeuille d’activité de cette société ne la classe plus uniquement au rang d’organisation de presse mais à celui de consultant dans de nombreux domaines.

Un objectif pour Ecobank : intégrer de nouveaux marchés.

Si Ecobank a ouvert des bureaux à Dubaï, Londres, Johannesburg, Luanda, Paris et Beijing, elle n’opère pas dans ces pays et, en ce qui concerne l’Afrique du Sud et l’Angola, aimerait bien le faire. Dès lors APO, fort de son réseau d’influence médiatique et relationnel avec les gouvernements, devient le partenaire idéal et nécessaire pour aider à cette intégration.

VOIR AUSSI  Ecobank continue son engagement avec le Fonds mondial

En Europe, en Chine, à Dubaï… le challenge est clair pour APO : donner à la banque une image de gouvernance et de rentabilité exemplaire. Une condition sinequanone pour que des investissements proviennent de ces pays.

Pallier les critiques des organismes internationaux de régulation

Avec sa stratégie d’expansion rapide, Ecobank prend une importance systémique alors que son système de supervision déficient représente une source importante de danger pour la stabilité financière du continent

Rapport du FMI, févier 2015

La gouvernance d’Ecobank a spécialement été remise en compte. Datant de plus de 18 mois, Ecobank juge le rapport obsolète car les règles actuelles de communication interne n’étaient pas encore adoptées.

Dans tous les cas, cette nouvelle collaboration avec APO aidera probablement à éviter, ou au moins, à limiter ce type de dégâts sur la réputation d’Ecobank !

Laisser un commentaire