Mines et fossiles

NNPC : sortir de la corruption grâce à Emmanuel Ibe Kachikwu

Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, entend bien combattre la corruption dans son pays. Et c’est fraîchement élu qu’il a dissout, le 26 juin 2015, le conseil d’administration de la Nigerian National Petroleum Company (NNPC). En commençant par le secteur pétrolier, il s’attaque de face à un épineux problème de mauvaise gestion et de corruption. Pour cela il a nommé Emmanuel Ibe Kachikwu, à la tête  de la compagnie pétrolière. Et c’est un sacré challenge qui attend le nouveau directeur de la NNPC .

 

Originaire de l’Etat côtier et riche en pétrole du delta, ancien diplômé en droit de l’université américaine d’Harvard et ancien vice-président exécutif d’ExxonMobil Africa, Emmanuel Ibe Kachikwu est certainement l’homme de la situation. Le nouveau directeur général va devoir éclaircir et mettre à jour la comptabilité de la société pétrolière. Des milliards d’euros auraient été détournés des comptes de la compagnie, d’après plusieurs audits dont celui conduit par le cabinet britannique PWC. Entre 2012 et 2013, les détournements ont représenté une perte de 1,48 milliard de dollars.

VOIR AUSSI  Brexit : quelles conséquences sur le marché africain?

 

« Regardez tous ces jets privés garés sur le tarmac. Ça, c’est l’argent des subventions de kérosène, l’argent que les gens ont engrangé grâce à l’arnaque aux subventions » raconte un des dirigeants de la NNPC à Patrick Utomi, professeur d’économie politique à la Lagos Business school.

 

Kachikwu NNPC petrole continent noir 2Pas de temps à perdre pour Kachikwu

 

Homme d’action et fort de son engagement, Emmanuel Ibe Kachikwu refuse les nombreuses félicitations du fait de sa nomination au poste de directeur. Il préfère qu’on le supporte à travers les prières car il sait qu’il a du pain sur la planche et qu’il n’a pas de temps à perdre. Une première enquête par la chambre basse du parlement nigérian sur la gestion des subventions accordées au NNPC par le gouvernement précédent a été ordonnée le 24 juin 2015.

VOIR AUSSI  Un gazoduc du Nigeria vers l’Europe initié par le Maroc

 

La privatisation des quatre raffineries du Nigéria est une bonne nouvelle pour les ressources en essence du pays. Le Nigeria extrait deux millions de barils de brut par jour ce qui fait de lui le premier producteur africain d’or noir. Alors qu’il exporte 90% de son pétrole, le Nigéria importe l’essentiel de son carburant. La régulation des prix par le marché grâce à la concurrence des raffineries est déjà une première étape dans la lutte contre la corruption !

 

Photos : trendyafrica.com et www.rfi.fr

Laisser un commentaire