Politique

L’Inde et l’Afrique, les acteurs économiques de demain

Forts de relations historiques anciennes, le continent africain et l’Inde se sont pourtant éloignés au fil du temps. À l’heure du XXIème siècle et de la mondialisation totale, les choses sont en passe d’évoluer. Le troisième sommet Inde–Afrique qui s’est terminé le 29 octobre a donné un nouveau depart à ce partenariat qui stagnait depuis quelques années.

Le continent africain est gorgé de ressources et est la cible numéro une des nouveaux investissements internationaux depuis une dizaine d’année. La place africaine est aujourd’hui encore en étroite collaboration avec des pays bien implantés sur le continent pour des raisons historiques comme la France ou purement économique à l’instar des Etats-Unis ou encore de la Chine. Les pays d’Afrique ne sont toutefois aucunement réticents à l’idée de développer des nouveaux axes de collaboration. L’Inde fait ainsi figure de partenaire économique potentiel quand on sait que le sous-continent représente un acteur de premier plan dans l’économie mondiale.

VOIR AUSSI  Horizon 2020 : où investir en Afrique ?

L’Afrique : 10% des échanges totales indiens

inde afrique continent noir 2À en regarder les chiffres officiels, l’Inde et l’Afrique ne sont pas en soit des partenaires proches. Les échanges avec l’Afrique ne représentent en effet pour l’Inde que 10% de ses échanges totales, cette dernière étant plus concentrée à entretenir ses relations plus à l’Est avec des pays comme la Corée du Sud ou la Chine.

Toutefois les initiatives existent et même si les rapports demeurent discrets voire silencieux, les deux belligérants comptent passer une étape très prochainement. En atteste le premier et le second sommet Inde-Afrique tenus respectivement en avril 2008 et en mai 2011 qui ont posé les bases des partenariats d’aujourd’hui. Ce troisième est venu apporter un volet concret de l’entrée dans l’arène du « nouveau émergent » en Afrique.

D’un modèle chinois dépassé vers une « Indian Touch »

Dans sa quête du continent africain, l’Inde devra toutefois restée prudente. Le monstre chinois, sans avoir échoué, a montré ses limites. Par sa politique agressive sur les marchés et son désir d’aller parfois trop vite, la Chine, qui a longtemps parié sur le modèle « gagnant-gagnant », ne peut plus compter sur une croissance aussi démentielle que par le passé. Le ralentissement de son économie a été la cause de la fermeture de plusieurs projets d’investissement en Afrique. L’Inde, dans ce sens, se doit de rester aux aguets et ne pas céder à une gourmandise des investissements sur le continent africain.

VOIR AUSSI  Le Gabon fait son retour dans l’OPEP

Ces trois acteurs, qui seront selon l’économiste Jean Joseph Boillot « le monde de demain », constitueront dans quelques années la majorité des échanges mondiaux de par leur population conséquente et leur dynamisme économique. Leur association constituerait un couple économique de poids en mesure de concurrencer les autres puissances économiques à l’instar de l’Union européenne, la Chine ou encore les Etats-Unis.

Références des images : gabonactu.com et africabusinessinsider.news

Laisser un commentaire