Politique

Doing Business 2016 : entre lauriers, leçons et polémiques

La Banque mondiale a publié dernièrement sa nouvelle édition de son rapport « Doing Business « . Chaque année, l’institution internationale mène une enquête qui mesure la qualité et l’évolution du climat des affaires cela au niveau international. C’est ainsi l’occasion de connaitre et comparer la place que prennent les économies africaines dans la sphère mondiale et de se rendre compte, pour ces dernières, des domaines dans lesquels elles ont encore des efforts à fournir !

Le rapport Doing Business est une étude mondiale qui évalue la qualité et l’évolution du climat des affaires. Afin de faire son classement, la Banque mondiale utilise des critères aussi diverses que variés : la facilité de création d’une entreprise, l’environnement juridique, la pression fiscale, l’accès à l’électricité ou encore des données plus concrètes comme le nombre de documents obligatoire pour exporter ou importer des marchandises par voie maritime…cela pour la quasi-totalité des États. Ainsi, en 2015, ce ne fut pas moins de 189 pays qui ont fait l’objet d’une enquête et sont ainsi classés.

Le podium : Ile Maurice, Rwanda, Botswana

doing business - continent noir 2Le rapport 2016 permet de voir que les pays du continent continuent d’enregistrer une nette progression. Si les premières places sont trustés par les économies fortes telle que Singapour, Hong Kong, la Corée du Sud et, bien r, les pays européens et d’Amérique du Nord, le continent africain affirme qu’elle est sur la voie du progrès !

VOIR AUSSI  La Bourse de Kigali accueille Crystal Telecom

Ainsi on retrouve en tête des pays africain, au 32ème rang mondiale, l’Ile Maurice suivie par le Rwanda (62ème) et le Botswana (72ème). L’Afrique du Sud passe de la deuxième place à la quatrième prouvant ainsi l’année difficile qu’a connue la nation arc en ciel. 5ème pays du continent et premier d’Afrique du Nord, la Tunisie se place à la 74ème place juste devant le Maroc.

La mise en place et l’application d’au moins 3 réformes

Mais s’il y en a qui chute, d’autres pays ont connu une progression plus qu’encourageante. Le Kenya est en pleine croissance et le prouve avec un bond de 20 places au classement faisant ainsi la plus belle progression du continent. Mais il n’y a pas que les efforts de Nairobi qui sont salués: l’Ouganda avec 13 places de mieux se trouve dorénavant à la 122ème place. La Mauritanie grimpe de 9 rangs et pointe aujourd’hui à la 168ème position. Ces belles progressions sont dues surtout à la mise en place et l’application d’au moins trois réformes dans le pays. Un critère qui compte beaucoup pour la Banque mondiale.

On pourra s’étonner du mauvais classement du Sénégal (170ème) et de la RDC (173ème) qui ne progressent que très peu (+3 places). De plus certains experts trouvent alarmant que le Maroc se place derrière la Tunisie. Cette dernière malgré un climat sécuritaire très tendu obtient de meilleur résultat que le royaume.

VOIR AUSSI  Nigeria : Nexim veut mettre l'accent sur le secteur minier

Beaucoup critiquent ouvertement le rapport

doing business - continent noir 3

Albert Yuma Mulimbi

Alors il y a les contents et les déçus ! Et donc c’est un rapport qui ne fait pas l’unanimité et créé même la polémique. Que ce soit Albert Yuma Mulimbi, patron des patrons de la République démocratique du Congo ou encore le président sénégalais Macky Sall… beaucoup critiquent ouvertement le rapport et dénoncent le fait qu’il ne reflète pas la réalité des progrès réalisés par les pays. Une polémique qui prend de l’ampleur sur le continent et ce n’est pas certains résultats plus que surprenants qui vont éteindre le feu. Ainsi selon le rapport 2016, en matière de raccordement électrique, la RDC et le Burkina Faso sont mieux classés que… le Canada!

Polémique ou pas, toujours est-il que les experts et autres acteurs économiques portent beaucoup d’intérêt à ce classement. Un rapport qui certes nous montre les progrès réalisés par le continent mais aussi les efforts à fournir. Litiges commerciaux, accès à l’électricité, mise en place et application de réformes …voilà des domaines sur lesquels nous devons encore travailler. La feuille de route 2016 est claire !

Sources des images : moroccoworldnews.com et jeuneafrique.com

 

 

Laisser un commentaire