Banques

La BCP ouvre son marché à l’Afrique subsaharienne

La société anonyme Banque centrale populaire (BCP), filiale du Crédit populaire du Maroc, est un établissement de crédit côté à la Bourse de Casablanca depuis 2004. Le P-DG du groupe, Mohammed Benchaâboun, vient d’annoncer de bonnes performances sur l’année 2015 et projette de permettre au groupe de conquérir de nouveaux marchés en Afrique, notamment en Guinée, au Sénégal et au Gabon.

Une année 2015 réussie

Lors de la conférence annuelle des résultats le 24 mars 2016, le groupe a annoncé une progression de 14,4 % de son résultat net, à savoir 2,5 milliards de dirhams. Quant au produit net bancaire, M. Benchaâboun a déclaré qu’il avait progressé de 4 %, atteignant 15,3 milliards de dirhams et ce, a-t-il avoué, malgré une conjoncture économique difficile. Ainsi, le groupe a vu progresser la part du crédit à 24,5 %, tout comme sa part de dépôts de la clientèle qui elle est passée à 8,9 %, représentant 250,3 milliards de dirhams. Une ascension qui a permis au groupe de grossir son portefeuille, recrutant en 2015 quelques 420 000 nouveaux clients pour atteindre un total 5,2 millions de relations. Par ailleurs, la BCP a vu passer la contribution des pays d’Afrique subsaharienne dans l’encours de ses dépôts de 9,5 % à 10,2 % cette année.

VOIR AUSSI  Les 10 banques africaines les plus puissantes

Des investissements conséquents sur le plan continental

bcp - continent noir 2

M. Mohamed Benchaâboun

C’est grâce à cette dynamique que le groupe a décidé de se pencher sur l’ouverture vers ces nouveaux marchés, afin de surfer sur une croissance de la bancarisation des populations d’Afrique subsaharienne initiée il y a deux ans. Ainsi, la Banque centrale populaire s’installe dans la région en créant des compagnies de micro-finance et en rachetant quatre compagnies d’assurances. Sur sa lancée, Benchaâboun a déposé des demandes d’agrément dans trois pays représentant ce nouveau marché : le Sénégal, la Guinée et le Gabon.

VOIR AUSSI  Coris Bank International première en Afrique francophone

En outre, la BCP a signé en 2014 un protocole d’accord avec la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, dans le but d’analyser les opportunités d’investissement dans la région et y faciliter l’accès au financement pour les micro, les petites et moyennes entreprises. Au total, les investissements réalisés par la BCP en Afrique Subsaharienne depuis deux ans s’élèvent à 2,5 milliards de dirhams.

Ainsi, le groupe BCP espère changer de dimension pour devenir une « institution financière universelle à vocation régionale », en misant sur son plan de développement nommé « Elan 2020 » adopté en 2015. En effet, la stratégie de la banque au cheval repose sur le développement de son empreinte en Afrique subsaharienne pour espérer une croissance significative de son résultat net bancaire d’ici 2020 et devenir une banque à l’échelle de du continent.

Sources des images : financenews.press.ma et laquotidienne.ma

Laisser un commentaire