Banques

BDEAC : un résultat en forte hausse par rapport à 2014

La Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) a annoncé un résultat net bénéficiaire en hausse de 63% par rapport à l’année 2014. L’appui financier substantiel de la Banque des États d’Afrique centrale (BEAC) a joué un rôle important dans ce résultat.

La Banque de développement des États de l’Afrique (BDEAC) voit son résultat net augmenté encore pour cette année 2015, passant de 1 milliard 214 millions de francs CFA en 2014 à 1 milliard 979 millions de francs CFA. Cette hausse significative du bénéfice est de l’ordre de 63 %.

Une institution financière au service de l’Afrique centrale

Cette institution financière internationale a vu le jour le 3 décembre 1975 suite à la signature à Bangui d’un accord entre les chefs d’États du Cameroun, du Congo, du Gabon et de la République Centrafricaine.

Elle a pour mission de financer le développement des pays membres de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Le CEMAC compte six pays, les États signataires de l’accord de Bangui plus le Tchad et la Guinée équatoriale.

Une hausse des financements de projets

BDEAC - continent noir 2La BDEAC connaît une augmentation des financements en Afrique centrale de l’ordre de 55,2 milliards de francs CFA au 31 décembre 2015, ce qui représente une hausse de 15 % par rapport à l’année passée.

L’aide financière pour le développement des projets dans la zone Cemac devrait encore s’accroitre cette année. La Banque des États d’Afrique centrale (BEAC), en tant qu’actionnaire majoritaire, a décidé d’augmenter sa participation au capital de l’institution de 6% à 33%.

Un accord de coopération avec la BEAC

La signature, le 19 janvier dernier, entre la BEAC et la BDEAC de plusieurs accords d’un montant de 400 milliards de francs CFA permettra d’augmenter les ressources de l’institution. Cette manne financière aidera à soutenir les développements de projets actuels mais aussi futurs.

Depuis 2003, la BDEAC a investi 1018 milliards 502 millions de francs CFA afin d’appuyer la réalisation d’infrastructures. L’institution ne souhaite pas s’arrêter là et s’est mis à la recherche de nouveaux actionnaires non régionaux.

Photo : journaldutchad.com

Laisser un commentaire