Entreprendre

Un nouveau barrage pour le Bénin et le Togo

Après celui de Nagbéto, le Bénin et le Congo ont décidé d’ériger un nouveau barrage sur le fleuve Mono. Dans le cadre de leur coopération en matière de production d’énergie, les deux pays voient dans la construction du barrage d’Adjarala un moyen de compenser le déficit dans ce secteur puisqu’il permettra de produire 147 mégawatts d’électricité supplémentaires.

Un projet vieux de 30 ans

La construction de ce nouveau barrage hydroélectrique à la frontière du Bénin et du Togo a débuté le 26 décembre 2015 en présence du président béninois Boni Yayi et du président togolais Faure Gnassingbé.

barrage benin togo continent noir 2L’aménagement de l’édifice représentant un coût d’environ 400 millions d’euros sera financé par la banque chinoise Eximbank et les travaux réalisés par l’entreprise chinoise Sinohydro Africa, spécialisée dans la construction des grands barrages hydroélectriques, dureront 4 ans. Cette entreprise n’est pas novice sur le continent puisqu’elle a déjà réalisé la construction et l’exploitation de plus de 85 % de barrages hydroélectriques en Afrique.

VOIR AUSSI  L’ascension de Patrice Talon, le nouveau président du Bénin

Des conséquences sur l’environnement et les hommes

Cette construction n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Ainsi des rapports pointent du doigt l’impact que le barrage pourrait avoir sur la biodiversité. Les espèces animales seront perturbées et la qualité de l’eau pourrait en pâtir.

En outre les terres alentours pourraient être inondés et les populations déplacées. Néanmoins des mesures ont été prises afin de compenser ces désagréments.

VOIR AUSSI  La BCEAO interpellée sur la gestion du franc CFA

Une réduction significative de la dépendance énergétique

La volonté commune affichée par les deux pays est d’augmenter l’offre en électricité afin d’en permettre l’accès à un moindre coût. Le Bénin et le Togo continuant d’importer plus de 85 % de leur consommation électrique du Ghana et du Nigéria, ce barrage accroitra l’autonomie énergétique.

Le barrage d’Adjarala doit pouvoir aux deux États de produire chaque année en moyenne 461 gigawatts d’électricité, d’obtenir une production halieutique de près de 800 tonnes par an.

Enfin il est prévu l’irrigation de 40 000 hectares de terres afin de renforcer les activités agricoles dans la vallée du Mono et de promouvoir les activités de pêche.

Photo : 27avril.com

Laisser un commentaire