Cours et devises

Brexit : quelles conséquences sur le marché africain?

Le 24 juin 2016 l’Europe et le monde découvraient la décision du Royaume-Uni : 51,9 % des électeurs britanniques ont voté pour la sortie de l’Union européenne. Vent de panique sur les places financières du monde entier, incertitudes sur les conséquences de ce vote en matière de politique économique et d’échanges commerciaux, la vague a également atteint le continent africain. De Johannesburg à Nairobi en passant par Addis-Abeba, le siège de l’Union africaine, les répercussions du Brexit se font ressentir sur tout le continent.

L’impact monétaire

Les Anglais ont choisi : ils veulent quitter l’Union européenne. Difficile d’appréhender toutes les conséquences qu’aura le Brexit sur la vie politique et économique des Européens. Mais une chose est sur, cette décision a eu des répercussions importantes sur les places boursières européennes dès l’annonce des résultats. Chute de 10 % de la livre sterling, son plus bas niveau depuis 1985. Le vent de panique a touché tous les continents. En Afrique, les monnaies des anciennes colonies britanniques, qui ont depuis toujours des relations privilégiées avec Londres, ont également vu leur cours chuter à la suite de l’annonce du Brexit. Le rand sud-africain notamment a chuté de plus de 7 % au lendemain du résultat.

VOIR AUSSI  Le manganèse, pierre précieuse d’Afrique du Sud

Conséquences sur les Bourses africaines

brexit afrique 2Les Bourses également ont été touchées. La plupart des investisseurs ayant vendu leurs actions, Nairobi au Kenya et de Lagos au Nigéria ont perdu entre 3 % et 5 % d’actifs. Mais c’est à Johannesburg que la perte est la plus importante avec 50 milliards de dollars de capitalisation boursière en moins. Tout est en effet lié puisque de nombreuses compagnies sont listées dans les deux places financières : Londres et Johannesburg. Cette double cotation peut avoir des effets désastreux lorsqu’une des deux institutions est touchée. A noter que les banques sud-africaines s’appuient fortement sur les réserves de trésorerie du Royaume-Uni.

L’économie par ricochet

Evidemment ces conséquences financières ont et auront des retombées sur la vie économique et les échanges commerciaux. Les analystes prédisent ainsi une baisse de la croissance de 0,1 % pour l’Afrique du Sud par exemple. La grande majorité des échanges commerciaux se font avec Londres, faisant de l’Afrique du Sud le quatrième plus important partenaire de l’Angleterre. Mais ce n’est pas le seul. Le Kenya, quant à lui, vend le tiers de ses fleurs au marché européen. Et avec la sortie du Royaume-Uni, Nairobi va devoir négocier de nouveaux contrats commerciaux.

VOIR AUSSI  Top 5 des banques africaines sur Google.

Et ce n’est pas tout

La crise économique britannique pourrait également avoir des répercussions sur les montants de l’aide internationale accordée aux pays africains. La sortie du Royaume-Uni signifie-t-elle la baisse voire l’arrêt des engagements européens dans des programmes de développement ? Tout reste à confirmer. Par ailleurs, cette crise politique que traverse le continent européen n’apporte pas un message d’espoir à la jeune Union africaine, crée en 2002 et qui souffre elle aussi de dissensions ainsi que de velléités d’indépendance.
 
Sources des photos : afrique360.com

Laisser un commentaire