Banques

Ecobank continue son engagement avec le Fonds mondial

La banque panafricaine Ecobank s’est récemment engagée à financer pour trois années supplémentaires le programme du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose en Afrique. Après un premier engagement auprès de l’organisme en 2013, Ecobank a confirmé lors d’une cérémonie à Montréal, au Canada, son financement additionnel pour les différents projets ciblant trois des maladies les plus meurtrières en Afrique.

Le Fonds mondial est une organisation engagée à mettre fin aux épidémies de sida, de paludisme et de tuberculose et travaille en étroite collaboration avec les gouvernements et le secteur privé pour financer des initiatives visant à combattre ces maladies dans plus de 100 pays. Bien que l’organisation soit engagée à travers le monde, c’est l’Afrique qui souffre le plus en particulier du sida et du paludisme. Alors en tant qu’entreprise africaine engagée, Ecobank veut prouver par ce financement qu’elle considère ce combat comme faisant partie de ses responsabilités.

La fondation Ecobank responsable du financement des programmes sociaux de la banque

 

ecobank-pdg

Le P-DG Ade Ayeyemi

La fondation Ecobank, la branche responsable du financement des programmes sociaux à travers l’Afrique et Ade Ayeyemi, P-DG d’Ecobank, ont promis qu’un autre financement de 3 millions de dollars sera mis à la disposition des travaux que le Fonds mondial mène sur le continent. Déjà le premier financement a permis à 15,1 millions de personnes de recevoir un traitement contre la tuberculose à, d’offrir 659 millions moustiquaires et de fournir des antirétroviraux à 9,2 millions de personnes infectées par le VIH.

VOIR AUSSI  L’IFC et Ecobank s’allient pour aider les PME des pays les plus pauvres

Ecobank opère dans 35 pays africains et son objectif est d’apporter une plus grande prospérité aux peuples africains et cette politique implique clairement le soutien des initiatives de santé. Philip Chikwuedo Asiodu, président de la fondation Ecobank, a déclaré dernièrement que «l’accès à des soins de santé de qualité pour tous est essentiel à la croissance et à la prospérité de l’Afrique » en ajoutant : « nous sommes fiers de collaborer avec le Fonds mondial pour lutter contre ces trois maladies en Afrique ». L’engagement de la banque avait d’ailleurs déjà été salué lors de la 25e édition des prix d’excellence Euromoney où elle a reçu celui de la meilleure banque pour la responsabilité sociale d’entreprise en Afrique.

Un financement pour l’avenir de l’Afrique

Il est évidemment essentiel de réduire le nombre de personnes souffrant et mourant des maladies traitables, afin de créer un environnement qui permette aux gens d’améliorer leur situation économique. Alors que certains des outils nécessaires pour lutter contre trois des plus grands tueurs d’Afrique sont des achats évidents, tels que les moustiquaires, il est également nécessaire d’aider les nations à organiser l’utilisation des fonds. La fondation Ecobank s’est jointe au Fonds mondial pour aider non seulement les pays à recevoir davantage de fonds pour les régimes de santé, mais aussi à mieux gérer ces derniers.

VOIR AUSSI  Ecobank engage APO pour gérer sa réputation

Un soutien a été accordé aux bénéficiaires de subventions au Nigeria, au Sud-Soudan et au Sénégal au cours des trois dernières années, et l’engagement d’Ecobank pour trois ans supplémentaires est une excellente nouvelle pour ces projets en cours.

De nouveaux investisseurs pour créer une« Afrique prospère »

En signant la prolongation la directrice de la fondation Ecobank, Julie Essiam a exprimé son enthousiasme à l’égard de cette collaboration sur le long terme avec le Fonds mondial, en l’appelant «un moment historique» et affirmant leur objectif commun : créer une« Afrique prospère ». Il est à espérer que de tels partenariats encouragent de nouveaux investisseurs à aider à soutenir des changements qui profiteront à l’ensemble de l’Afrique et du monde entier.

Sources des images : thisdaylive.com

Laisser un commentaire