Politique

la CEDEAO lance la construction d’un ambitieux centre régional électrique au Bénin

Pas d’énergie, pas de développement

L’Afrique de l’Ouest souffre depuis plus d’une dizaine d’années d’un manque important d’énergie électrique. Le résultat est sans appel : sans cette énergie il n’y a pas de création d’emploi ni de lutte contre la pauvreté, donc pas de développement ni d’industrialisation. En ce début d’année 2017, la CEDEAO annonçait la construction d’un ambitieux centre régional électrique au Bénin.

Partage et organisation des ressources

Le 17 janvier dernier, dans la périphérie de Cotonou, capitale du Bénin, la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et son président Marcel Alain de Souza, ont officiellement posé la première pierre du Centre d’information et de coordination (CIC) pour un marché régional d’énergie électrique. Toute la région de l’Afrique de l’Ouest est encore à ce jour en insuffisance énergétique. Chaque pays doit donc puiser son électricité chez ses voisins, ce qui provoque de nombreuses et incessantes coupures. On parle de « délestage » et les conséquences sont graves puisque cette situation handicape clairement leur élan de développement économique et industriel.

VOIR AUSSI  La BRVM a gagné !

Mettre en commun les capacités de production de chacun des pays de la CEDEAO est donc l’objectif de tous les pays membres. Aujourd’hui, ces ressources sont très mal réparties et provoquent donc un nombre d’inégalités permanentes. A terme, cette dynamique permettra aux pays d’Afrique de l’Ouest de garantir une autonomie d’énergie électrique fiable et durable, à moindre coût et ce, pour ses 300 millions d’habitants.

L’Europe contribue à la mutualisation des ressources énergétiques

L’Union européenne soutient évidemment ce projet de mutualisation et la création d’un marché régional de l’électricité sous la forme d’un don de 30 millions d’euros. Elle participe implicitement au développement économique de la région Ouest Afrique. Josep Coll, l’ambassadeur auprès de l’UE, affirmait que « cette mutualisation et cette régionalisation de l’électricité représentent un formidable élan de solidarité envers les pays qui ne disposent pas de telles ressources et qui bénéficieront d’un marché transparent et concurrentiel de l’électricité servant de base à leur développement durable ».

VOIR AUSSI  L’ascension de Patrice Talon, le nouveau président du Bénin

Un projet ambitieux

En 2017, le constat est sans appel et nécessite donc des mesures urgentes : aucun des pays membres de la CEDEAO n’est aujourd’hui capable d’assurer son autonomie sur le plan énergétique. Pour y arriver à court terme, les chefs d’Etat et de gouvernement ont prévu un plan directeur visant à produire 10,3 gW pour l’ensemble des pays de la CEDEAO à l’horizon 2025. Il faudra cependant trouver les partenaires permettant le financement de 26 milliards de dollars.

Photos: idc-afrique.org et africanewsinvest.com

Laisser un commentaire