Cours et devises

Excellents résultats sur les marchés boursiers au Caire et à Casablanca

Le pétrole qui baisse, la croissance en berne, le manque de confiance d’investisseurs locaux, l’insécurité grandissante, voici un nombre de facteurs plutôt moroses qui ont impacté fortement l’économie africaine ces dernières années avec une conséquence sur les indices boursiers. Cependant, malgré la conjoncture, après plusieurs années de repli, certaines places boursières comme Le Caire ou Casablanca affichent d’excellents résultats, au-dessus des attentes du marché.

Le paradoxe égyptien

Le Caire est la plus ancienne place boursière du continent africain. L’Egypte tente de faire bonne figure malgré le climat sur fond de crise politique, économique, financière et la montée du terrorisme. Le pays a vu ses ressources littéralement s’effondrer, les réserves de change sont au plus bas.

Et pourtant, malgré ce tableau plutôt sombre, la place du Caire se porte très bien si on regarde les performances réalisées ces derniers mois. Fin décembre 2016, on enregistrait en effet plus de six millions de transactions. L’EGX 30 index, qui regroupe les 30 plus grandes entreprises de la place, s’est vu passer de 7006,01 points à 12344,89 points, soit une hausse de 76 %. A la veille de la révolution de 2011, l’indice ne pesait que 7200 points.

VOIR AUSSI  La BRVM a gagné !

Ce résultat, on le doit notamment aux valeurs immobilières, aux banques, aux entreprises financières non bancaires et au domaine de la construction qui constituent toutes des valeurs de refuge dans un contexte économique difficile.

La bourse de Casablanca à + 30,46 %

Un autre exemple du boum boursier en Afrique, c’est le Maroc et la Bourse de Casablanca. Après une contreperformance en 2015, l’indice phare MADEX a franchi en 2016 la barre des 11.600 points, soit une hausse de 30,46 %

De grosses capitalisations ont tiré l’indice vers le haut. Environ 583 milliards de dirhams (54,7 milliards d’euros) ont été capitalisés en 2016 pour une seule introduction en Bourse avec l’arrivée de Marsa Maroc.

VOIR AUSSI  BRVM une Bourse régionale qui répond aux meilleurs standards internationaux!

Après plusieurs années de léthargie, les investisseurs pensent que les fortes hausses récentes démontrent de bonnes perspectives de croissance. La baisse des cours ces dernières années a contribué à rendre le marché plus attractif auprès des investisseurs tant locaux qu’étrangers. L’afflux de liquidités vers le marché boursier a dopé le nombre de transactions.

On en a donc enregistré un volume de 188.685 pour 332.568 289 titres échangés sur la place de Casablanca en 2016.

D’autres résultats

Avec un bonus de 2,6 %, Johannesburg semble également donner une perspective positive aux investisseurs. Tunis également, a vu par exemple son index Tunindex grimper de 8,85 %.

D’autres Bourses, par contre, n’ont pas réussi à dégager des profits. On sera donc attentif à l’évolution du Nigeria et du Botswana notamment.

Laisser un commentaire