Politique

République du Mozambique : l’émergence d’une économie performante

Ancienne colonie portugaise ravagée par des conflits armés entre le FRELIMO et le RENAMO après la révolution d’indépendance du 25 juin 1975, le Mozambique est un pays qui arpente depuis un certain temps les sentiers de l’essor économique. Ses performances suscitent des interrogations sur les facteurs et la portée d’un tel envol économique.

En premier lieu : l’industrie minière…

En quelques décennies, le Mozambique a amorcé un envol économique des plus spectaculaires en Afrique subsaharienne. Selon expert-comptable-international.info, le pays a par exemple atteint en 2015 la barre des 7% au niveau de la croissance. Cette émergence du Mozambique s’explique par le fort potentiel minier contenu dans son sous-solqui comprend  le phosphate, le rubis, l’or, le cuivre, l’argent et la bauxite.
Selon les informations présentées sur le site du magazine économique français Challenges, le pays dispose,  par ailleurs du 4 ème gisement gazier du continent africain avec 2000 milliards de m3 de gaz  et possède un immense réservoir de charbon comptant parmi les plus importantes réserves mondiales.

…comme Tremplin pour renforcer l’infrastructure du Pays

Une telle conjoncture attire une panoplie d’investisseurs étrangers qui participent dès à présent à renforcer les bases de l’économie interne. En tête de peloton, on retrouve des investisseurs chinois, mais également des indiens, des brésiliens et les voisins sud-africains. Le montant des investissement de la Chine en République du Mozambique s’élève à près de 6 milliards de dollars US, selon l’ambassadeur de Chine à Maputo.

VOIR AUSSI  Côte d’Ivoire : les marchés financiers imperturbables malgré les récentes crises

Profitant de cette dynamique impulsée par le secteur minier, les autorités gouvernementales ont su établir des stratégies pour développer les services financiers, la communication, les BTP et les transports. Toutes ces performances ont permis au pays d’atteindre en 2016 un PIB national de 16,87 milliards de dollars et un PIB par habitant de 620 dollars en 2014.

…mais également des atouts touristiques.

L’autre pôle de développement grâce auquel le Mozambique connaît cet envol économique extraordinaire est le tourisme.

Malgré les nombreuses années de guerres civiles ayant marqué pendant longtemps son histoire, le « Petit Qatar »reste une terre de plus en plus fréquentée par l

Tourisme d'exception au Mozambique

Tourisme d’exception au Mozambique

es étrangers. Le secteur touristique a enregistré un bond phénoménal en passant de 5000 touristes en 2000 à 700 000 en 2005 pour atteindre le pic de 1,4 million en 2012, puis près de 3,5 million en 2016, et ce en dépit de la baisse importante rencontrée en 2014 suite aux épidémies de Ebola (en fait totalement absentes du pays).
Le littoral du Mozambique qui s’étend sur plus de 2 500 kilomètres de longs demeure un atout essentiel pour le tourisme, et permets le développement de véritables structures d’accueil propice au tourisme d’exception. Le Mozambique tends à s’imposer comme une destination exotique mais coûteuse, sur le modèle de l’Ile Maurice dans la région. La plage de Tofo constitue  un site attrayant qui fourmille chaque année de touristes étrangers.

VOIR AUSSI  L'inépuisable Albert Yuma Mulimbi

Des inégalités sociales à combler malgré l’essor

En dépit de la croissance phénoménale que vit l’ancienne colonie portugaise, d’importants défis sociaux restent à relever. Ce pays qui compte plus de 50% d’analphabètes sur une population de 25 000 000 d’habitants reste miné par un système éducatif très peu développé, comme le précise Lefigaro dans son article consacré à l’économie de ce pays. De telles lacunes demeurent directement sources d’un réel déficit de main d’œuvre qualifiée dans tous les secteurs d’activité. La majorité de la population souffrant toujours de la précarité, le pays figure hélas encore parmi les plus pauvres d’Afrique.
En dernier lieu, comme indiqué précédemment, la République du Mozambique souffre d’une carence aigu en matière d’infrastructures sociales que les investisseurs étrangers tentent de combler  : écoles, hôpitaux, routes, ports, voies ferrées, constituent tous autant d’investissement sérieux qu’il faudra implementer pour permettre au Gouvernement présidé par M. Filipe Nyusie d’accompagner le développement constant de cette économie.

Laisser un commentaire