Mines et fossiles

RDC : redécouper les régions pour booster les revenus miniers

Selon le représentant du Ministère des Mines, le déplacement du siège administratif des entreprises concernées a pour objectif de rapprocher les entreprises des mines qu’elles exploitent, et devrait permettre une meilleur exploitation des ressources minières pour le Pays.

En 2015, la République Démocratique du Congo est au centre d’une division territoriale.

En effet, elle a été partagée en 26 régions administratives. Cette décision gouvernementale a cependant provoqué des bouleversements dans le secteur de la mine, dans la mesure où plusieurs sociétés minières sont contraintes de quitter leurs sièges. Ces entreprises sont situées à Lubumbashi à Haut-Katangaet le gouvernement leur demande de déplacer leur siège à Kolwezi dans la province de Lualaba. Celle-ci figure parmi les quatre entités qui ont remplacées Katanga, la province minière du cuivre à la RCD.

Glencore serait directement visée par cette directive:

Cette demande de déménagement datant du 14 avril 2017 et émanent du Ministère des Mines s’adresse tout particulièrement à Glencore, une entreprise anglo-suisse spécialisée dans le

Le boulevard du 30 Juin à Kinshasa

Le boulevard du 30 Juin à Kinshasa

négoce, le courtage et l’extraction de matières premières. La filiale de Glencore, Mutanda Group (détenu à 69% par Glencore) est également concernée par ce déménagement. Rappelons que le groupe Fleurette a cédé sa participation dans Mutanda Mining à Glencore en février 2017. Il s’agit d’une participation qui représente 31 % de la totalité de la filiale minière.

VOIR AUSSI  Quelles banques sont au top ?

Par ailleurs, la société chinoise China Molybdenum Co ou CMOC a également reçu une demande de déménagement.

Cette société fondée en 1982 est l’une des plus grandes sociétés de la Chine à produire du molybdène. Elle a également une envergure à l’échelle internationale. Outre la production de molybdène, CMOC produit également du tungstène. Au RDC, cette grande entreprise est le propriétaire de la mine de cuivre de Tenke-Fungurume.

Ivanhoe Mines figure également sur la liste des entreprises minières invitées à se déplacer à Kolwezi. Il s’agit d’une société canadienne siégée à Vancouver en Colombie-Britannique et qui est dans l’exploration et le développement minier. Cette société annonce officiellement en 2017, la découverte de la mine de cuivre qu’elle exploite actuellement. Cette mine est située à Kukala West.
Selon le représentant du Ministère des Mines, ce déplacement du siège administratif des entreprises concernées a pour objectif de rapprocher les entreprises des mines qu’elles exploitent. Valery Mukasa, directeur de Cabinet du Ministère des Mines de dire également que : « L’objectif est de consolider le processus de décentralisation entre les sociétés et l’autorité territoriale pertinente ». Toutefois, aucune réponse de la part des sociétés d’exploitation minière n’a été entendue jusqu’alors.

VOIR AUSSI  Nigeria : Nexim veut mettre l'accent sur le secteur minier

Un point sur le découpage territorial en RDC

En juin 2015, le jour de la commémoration de son indépendance, le gouvernement congolais procède au découpage des provinces qui sont passées de 11 à 26 provinces. Cette réorganisation du territoire créée de nombreux changements dans le quotidien de la population. En effet, la mise en vigueur de ce découpage territorial a entrainé la suppression de six provinces à savoir Bandundu et Katanga entre autres. Le premier enjeu pour la RDC, ainsi que pour chaque pays d’Afrique souhaitant optimiser l’exploitation de ses ressources minières, va consister des maintenant à contraindre les compagnies contractantes en charge de l’exploitation des ressources, d’optimiser leur stratégie d’exploitation. Cette décision de redecoupage peut constituer une véritable solution.

Laisser un commentaire