Mines et fossiles

Simandou : Qu’est ce qui fait courir Soros ?

Dans l’affaire Simandou ayant abouti au retrait de la concession du gisement de fer au diamantaire Beny Steinmetz, on cite de plus en plus le nom de l’américain George Soros. Quels sont ses rôles et motivations dans ce scandale?

Une résiliation du contrat minier suite à des soupçons de corruption

Depuis 2008 Beny Steinmetz Group Ressources (BSGR) s’est vu confier l’exploitation des blocs 1 et 2 de la réserve minière Simandou. Mais l’avènement d’alpha Condé au pouvoir en décembre 2010 changera la situation. Soucieux d’assainir le secteur minier fortement soupçonné de corruption, Alpha Condé entreprend des audits.

Les résultats des investigations révèlent la présence de pratiques malveillantes. Les rapports d’audit accusent le groupe minier appartenant à l’israélien Beny Steinmetz d’avoir obtenu le contrat Simandou par le versement de pots de vin. Ainsi en avril 2014, le gouvernement d’Alpha Condé procède à la résiliation du gisement du minerai de fer de Simandou.

Selon une opinion grandissante dans les cercles concernés par cette affaire, la perte du contrat portant sur les blocs 1 et 2 du gisement de Simandou par le milliardaire israélien Beny Steinmetz serait due inéluctablement à l’influence de Georges Soros.

Soros

George Soros Source Wikimedia

Simandou : une affaire derrière laquelle se cache la main Soros

En effet, milliardaire et philanthrope, Soros , par le biais de sa fondation Open Society a été sollicité par le président Alpha Condé dès sa prise de pouvoir afin de réviser les contrats miniers.

VOIR AUSSI  Tiguidanke Mounir Camara : des Runways à la Mine

L’Open Society Foundations (OSF) est un réseau de fondations créé en 1979 par le milliardaire et philanthrope américain George Soros. Les objectifs de ce réseau sont de promouvoir la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et des réformes économiques, sociales et légales. Connu sous le nom d’Open Society Institute, son nom a été changé en août 2010 pour mieux refléter son activité (Source Wikipédia).

Ainsi l’américain de 83 ans a activement participé au processus des réformes du secteur minier guinéen en faisant intervenir ses ONG.

C’est également sur ses conseils, que le gouvernement guinéen engage le cabinet d’avocats international DLA Piper ayant rédigé le rapport qui incrimine le groupe minier BSGR de corruption. L’information est confirmée dans l’article ‘’Guinée. Simandougate : Plainte de Steinmetz contre Soros, conseiller d’Alpha Condé’’ du site 360afrique.com à travers ces extraits : « …le milliardaire américain et philanthrope est considéré comme celui étant à la base de la chute de Beny Steinmetz.

C’est lui, Georges Soros, selon le magazine The New Yorker, qui a fait intervenir en Guinée l’avocat Scott Horton. Et c’est ce dernier qui a déclenché l’enquête sur Simandou en 2011. ».

Suite aux accusations de corruption des cadres de l’administration guinéenne, Steinmetz a été arrêté en fin 2016 à Tel Aviv avant d’être interdit de sortie d’Israël jusqu’en juin 2017.
Estimant s’être fait dépouiller à tort de son contrat minier par les manipulations et diffamations de George Soros, BSGR porte plainte contre Soros devant un tribunal de New-york et réclame 10 milliards de dollars en guise de dommage intérêts.

VOIR AUSSI  Botswana : bientôt sa première mine d'uranium?

Quelle est la motivation principale de la guerre de Soros contre Steinmetz ?

Selon certaines versions, c’est la croissance et la puissance du Groupe Israelien BSGR dans le secteur minier, venant concurrencer directement les activités de Soros, une des figures historiques de ce secteur qui serait la sources de ces animosités. BSGR en effet, traditionnellement ancré dans le secteur des diamants, n’a jamais tenté de developper sa présence sur le secteur des mines.
Selon le camp BSGR : «Soros a été simplement motivé par la malveillance, car il n’avait pas d’intérêt économique en Guinée » d’après ce que nous rapporte la publication ‘’L’affaire Simandou refait surface : BSGR porte plainte contre le milliardaire Soros’’ du site Guinée7.com.

En effet, cette malveillance n’est entretenue que par la haine contre l’Israël si on en croit l’opinion du patron de BSGR. L’intéressé aurait déclaré « J’espère que cette inimitié n’est pas liée au fait que je suis Israélien » comme nous informe Le Temps dans son article ‘’Steinmetz contre Soros, un festival de coups tordus’’ du 04 mai 2014.
Si Beny Steinmetz fait partie de l’aile dure de la droite israélienne finançant avec sa femme l’armée, l’éducation etc, George Soros également juif est considérée comme un ennemi d’Israël.
Les intérêts inavoués de Georges Soros dans l’affaire Simandou seraient alors une guerre de leadership sur fond de haine contre Israël.

Laisser un commentaire