Entreprendre

Benin : la production cotonnière en marche

Au Bénin, la campagne cotonnière qui vient de s’achever a enregistré de bons résultats. Un défi inattendu a été atteint avec une production record, à en croire les chiffres annoncés par le gouvernement de Cotonou. Il s’agit là d’une prouesse importante lorsque l’on sait que le coton fait partie des importantes sources de devises du pays.

La filière coton renaît

Le Benin, petit pays de l’Afrique de l’Ouest est un territoire peu doté en ressources minières. Son économie repose sur d’autres pôles de développement comme les services portuaires et la production cotonnière.

Parlant justement du coton considéré comme pilier de l’économie nationale, sa filière vient de boucler une campagne de récolte fructueuse en atteignant des performances inédites. En effet, une production record de 453.012 tonnes a été obtenue des collectes effectuées dans les champs des producteurs au cours de l’année 2017. C’est ce qu’on retient de la déclaration du ministre de l’agriculture Olorounto Delphin Koudande le jeudi 08 juin 2017 à Cotonou.

Champs de cotton-233920_1280

L’or Blanc Béninois

Une dynamique progressive qui dépasse les prévisions

Grâce à cette performance, le Benin prend l’option d’une sérieuse dynamique progressive puisqu’il réalise presque le double des résultats atteints lors de la campagne précédente (260 000 tonnes).

VOIR AUSSI  Côte d’Ivoire : les marchés financiers imperturbables malgré les récentes crises

L’or blanc béninois n’a plus vécu de si beaux jours depuis 12 ans lorsque les récoltes s’étaient soldées par une production de 427 160 tonnes en 2005. L’article du 12 juin 2017 publié sur lanouvelletribune.info nous traduit toute la fierté du président de l’Association interprofessionnelle du coton (AIC) Mathieu Adjovi disant lors d’une conférence à Cotonou : « Ce niveau de production est un record jamais atteint dans l’histoire de la production du coton au Bénin ».

Un engagement national

Très satisfaits de cette nouvelle tournure que prend le coton, les membres de la Fédération nationale des coopératives villageoises de producteurs de coton (FN-CVP) sont allés manifester de vive voix leur remerciement au chef de l’Etat béninois au cours d’une audience.
En effet, lors de cette rencontre, leur premier responsable Badou Gani a pris l’engagement de « redoubler d’ardeur pour battre un nouveau record en 2018 avec plus de 500 000 tonnes de coton » d’après les extraits de l’article ‘’Bénin : la production de coton bat des records’’paru le 17 juin 2017 pour Jeune Afrique.

Un record qui porte l’empreinte de la gouvernance Talon

Patrice-Talon

Patrice-Talon

Très tôt à sa prise de pouvoir, le président Patrice Talon avait marqué sa volonté de redorer le blason de la production de l’or blanc en prenant une série de mesures. En effet, il avait procédé au rétablissement des usines d’égrenage réquisitionnées de la Société pour le Développement du Coton (SODECO) dont il est l’actionnaire majoritaire.

VOIR AUSSI  La TVA expliquée par le Dr. Nébila Yaro

Par ailleurs, Talon rétabli l’accord déléguant la gestion de la filière coton à l’Association interprofessionnelle du coton (AIC) qui avait été annulé en 2012 par le défunt régime. Il annule également une dette de 19,5 milliards de FCFA en souffrance dans la filière coton.

Mieux, le président béninois se félicite d’avoir apporté un nouveau souffle au coton béninois sans y avoir investi le moindre sou. En effet, l’intéressé aurait déclaré lors d’un entretien avec Jeune Afrique : «Depuis mon arrivée au pouvoir, mon gouvernement n’a injecté aucun centime dans la filière coton, contrairement à mon prédécesseur qui a gaspillé 150 milliards de F CFA dans le coton sans aucun retour ».

Le prochain défi serait d’inscrire cette amélioration de la production cotonnière dans la constance, ce qui insufflerait un nouvel élan à l’économie nationale béninoise. il semblerait que ce nouvel engagement soit en bonne voie de réalisation aux vues de la dynamique qui règne au Bénin depuis l’arrivée du nouveau Président.

Laisser un commentaire