Politique

Kenya: Coup de tonnerre politique avec l’invalidation de l’élection d’Uhuru Kenyatta

Le 1er septembre 2017, la cour suprême du Kenya a invalidé pour raisons d’illégalités et d’irrégularités la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, créant ainsi la stupeur dans le camp présidentiel et le soulagement chez l’opposition.

Un revirement extraordinaire

La Cour suprême du Kenya a procédé à l’invalidation de la réélection d’Uhuru Kenyatta le vendredi 1er septembre dernier. En effet, d’après le président de la Cour David Maraga, « A la question de savoir si les illégalités et irrégularités ont affecté l’intégrité de l’élection, la Cour est d’avis que c’est le cas ». Ainsi pour la juridiction suprême, le scrutin présidentiel du 08 aout n’a pas été conduit en accord avec la Constitution kenyane. C’est ce qui amène le président de la Cour suprême à déclarer « invalide et nul » le résultat de la commission électorale IEBC et à ordonner une reprise du scrutin dans deux mois. Cette décision qui a été prise par 05 juges sur les 07 que compte la cour remet en cause le travail de la commission électorale qui selon  David Maraga a « échoué, négligé ou refusé » de conduire l’élection dans les règles de l’art.

VOIR AUSSI  Quelles banques sont au top ?

Il faut rappeler que le 11 aout 2017, l’IEBC avait proclamé Kenyatta élu avec 54,27% des voix alors que Raila Ondiga n’était crédité que de 44,7% du suffrage exprimé. Contestant ces résultats, l’opposant historique Raila Ondiga déjà candidat malheureux aux élections de 1997, 2007 et 2013 dénonce des fraudes majeures et saisit la cour le 18 août 2017. Déjà saisie par ce même candidat après le scrutin présidentiel de 2013, la Cour suprême kenyane qui avait subi des critiques en confirmant à l’époque l’élection de Kenyatta jouait cette fois ci sa crédibilité.

Une décision qui fait des heureux et des mécontents

Aussitôt après l’annulation de l’élection présidentielle, on a pu noter une certaine liesse populaire dans les bastions de l’opposition, notamment dans certains bidonvilles de Nairobi et dans la partie ouest du Kenya. Se réjouissant de cette issue historique, Raila Ondiga dont les avocats avaient pointé des erreurs et incohérences importantes dans la compilation et la vérification des résultats n’a pas hésité à saluer le verdict de la Cour en déclarant dans l’article ‘’Coup de tonnerre au Kenya avec l’annulation de la présidentielle’’ de sputniknews.com : « Il est maintenant clair que personne au Kenya n’est au-dessus de la loi ».

Dans le camp présidentiel, c’est la stupeur générale. Cette décision était inattendue étant donné que les partisans du président Kenyatta estimaient avoir obtenu avec plus de 1,4 millions de suffrages, un écart de voix considérable pour jouir d’une légitimité incontestable. S’adressant à la nation après la délibération de la Cour suprême, Uhuru Kenyatta déclare : « Personnellement, je suis en désaccord avec la décision qui a été prise aujourd’hui, mais je la respecte ».

VOIR AUSSI  Le tour des hubs de Nairobi à Addis-Abeba

Pour un meilleur déroulement de la reprise du scrutin, toute la classe politique se doit d’œuvrer en faveur d’une élection transparente et crédible.

Laisser un commentaire