Non classé

Nigéria : Nouveau scandale dans le secteur pétrolier

Alors qu’il avait promis mener une rude bataille contre la corruption, le chef d’Etat nigérian Muhammadu Buhari se trouve ébranlé par une affaire de corruption touchant l’un de ses proches collaborateurs suite à une fuite d’une correspondance du secrétaire d’Etat au Pétrole dénonçant des irrégularités au sein de la compagnie pétrolière nationale.

Une lettre explosive qui met à nue des malversations à la NNPC

La Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), principale entreprise pétrolière d’état fait à nouveau parler d’elle dans une affaire de malversations financières qui secoue tout le gouvernement du président Muhammadu Buhari. Au cœur du scandale, le PDG de la NNPC MaikantiBaru fait l’objet de lourdes accusations de corruption de la part du Ministre du pétrole Emmanuel Ibe Kachikwu.

L’affaire a été portée à la connaissance du public par la fuite d’une lettre au sein de la presse nationale adressée par le Ministre du pétrole au Chef d’Etat nigérian dans laquelle il met en cause la gestion du PDG de la NNPC ayant fait preuve de pratiques malsaines dans la signature de cinq contrats. En effet, selon le ministre du pétrole, lesdits contrats portant sur un montant de plus de 25 milliards de dollars auraient été conclus sans l’accord et en méconnaissance du conseil d’administration de la compagnie pétrolière. L’article ‘’Nigeria-Corruption : l’entreprise pétrolière nationale ébranlée par un nouveau scandale’’ publié sur la nouvelletribune.fr nous informe que le Ministre du pétrole dénonce à travers la lettre ayant fuité « une gestion non transparente et un climat de peur » instauré parMaikanti Baru.

VOIR AUSSI  Quelles banques sont au top ?

Silence de Buhari malgré l’appel de l’opposition à la sanction

Il faut rappeler que la compagnie pétrolière du Nigéria est considérée comme une caisse noire traditionnelle dans laquelle tous les gouvernements successifs du pays venaient puiser des ressources.

Réputé droit et ferme, Muhammadu Buhari avait promis mettre un terme à la corruption et en avait fait son cheval de bataille lors de la campagne électorale qui l’a mené au pouvoir. Ainsi, le président du Nigéria s’était personnellement attribué le portefeuille ministériel du département du pétrole en plus de sa casquette de chef d’Etat afin de bien contrôler ce secteur important.

VOIR AUSSI  Mondial 2018: Les derniers pays africains du rendez-vous

Une réforme d’assainissement du secteur avait été engagée et presque toutes les semaines débouchait sur la saisie de comptes et autres biens mal acquis.

Si la démarche est à saluer, elle est cependant critiquée au sein de l’opposition nigériane qui accuse le gouvernement Buhari de ne réprimander que les opposants. Le nouveau scandale vient donc comme un « pain béni du ciel » pour l’opposition dont le Parti Démocratique Populaire (PDP) réclame des mesures radicales comme la suspension de Maikanti Baru.

Pourtant, c’est le silence plat dans le camp de Muhammadu Buhari et le principal suspect des malversations continue d’assurer ses fonctions à la tête de la NNPC. Le dénouement de cette crise sera un véritable test pour la crédibilité du président Buhari.

Laisser un commentaire