Politique

Libéria: les recours contre le premier tour des élections rejetés

Le lundi 20 novembre dernier, la principale actualité politique au Libéria était relative à la sortie de la Commission électorale (NEC). En effet, ladite commission a procédé au rejet des différents recours introduits devant elle contre le processus du premier tour de l’élection présidentielle par les candidats arrivés en deuxième et en troisième position derrière l’ex star du football, le sénateur Georges Weah.

Un rejet des recours que ne digèrent pas Boakai et Brumskine

L’actuel vice-président libérien Joseph Boakai arrivé en deuxième position et, Charles Brumskine qui était troisième à l’issue du premier round de l’élection présidentielle le 10 octobre, ont déposé un recours devant la Commission électorale pour exiger la reprise pure et simple du processus. Mais leur requête vient d’être rejetée par la Commission électorale du Libéria dont l’un des membres chargé d’examiner les plaintes déclarait le 20 novembre dernier « Vos recours sont rejetés. Je ne suis pas convaincu que les questions soulevées dans ces plaintes constituent des fraudes, car les parties n’ont pas su prouver au-delà du doute raisonnable que la NEC a été coupable de fraudes lors du scrutin du 10 octobre ».

Au cours des débats ayant animé la question des recours, l’avocat de la commission électorale Frank Musa Dean n’a pas manqué de comparer les requérants à des apprenants qui ayant manqué la moyenne à un examen, font usage de tout pour réclamer une amélioration « gratuite » de leurs notes.

VOIR AUSSI  Kenya: Coup de tonnerre politique avec l'invalidation de l'élection d’Uhuru Kenyatta

Quant à l’avocat de l’un des plaignants à savoir le Parti de la Liberté fidèle au candidat malheureux Charles Brumskine, il a pointé du doigt les insuffisances relatives au manque de personnel d’encadrement des électeurs, les dysfonctionnements au niveau du déplacement sans notification préalable de certains bureaux de vote et l’absence du nom de certains votants des registres officiels. Ainsi, les plaignants Joseph Boakai et Charles Brumskine envisagent faire appel du rejet de leur recours.

VOIR AUSSI  Tchad : un KO sans surprise et un 5ème round pour Idriss Deby

Une mise en garde du camp Weah

Pour l’heure, le peuple libérien est impatient d’aller aux urnes dans le cadre du second initialement prévu pour le 07 novembre 2017, mais reporté sine die par la Cour suprême. En effet, la haute juridiction avait ordonné à la Commission électorale d’éluder d’abord la question des recours avant d’envisager la tenue du second tour.

Non satisfait de la tournure des évènements, Georges Weah arrivé en tête du premier tour a tenu à mettre en garde par le biais de l’un de ses porte-parole l’opinion publique contre le risque d’une explosion de sa base dont l’impatience est grandissante.

Il est à espérer que les choses rentrent vite dans l’ordre pour que cet imbroglio n’entraîne à nouveau des conflits dans ce pays ayant par le passé déjà souffert d’une guerre civile de près de quinze ans.

Laisser un commentaire