Politique

Gabon : vers l’adoption d’une nouvelle constitution

Longtemps rejetée par l’opposition qui la considère comme une « monarchisation » de la république, la réforme constitutionnelle du Gabon vient d’être adoptée en plénière par le parlement. Cette adoption de la révision constitutionnelle fait suite à un accord intervenu entre députés et sénateurs sur le contenu de la version finale du texte de ladite réforme.

Un toilettage du texte adopté en plénière

C’est depuis le 14 décembre 2017 que les députés gabonais ont procédé à l’adoption du projet de loi de la réforme constitutionnelle en dépit des nombreuses controverses suscitées dans les rangs de l’opposition. En effet, cette réforme de la constitution gabonaise qualifiée de « monarchisation » par les opposants au pouvoir d’Ali Bongo a été votée à une écrasante majorité en plénière.

Tout récemment, les sénateurs gabonais se sont à leur tour penchés sur le projet de révision de la constitution en apportant plusieurs amendements au texte adopté par les députés de l’assemblée nationale. En effet, le sénat gabonais a effectué sur le projet de loi réformant la constitution du Gabon, un toilettage qui à l’origine, a semé le doute dans l’opinion publique dès son annonce.

VOIR AUSSI  Ali Bongo nouveau président de la CEEAC

Ainsi, il a été exigé l’installation d’une commission mixte formée de députés et de sénateurs le 04 janvier 2018, laquelle était censée se prononcer sur les différentes modifications à apporter au texte constitutionnel. Le doute né de la mise en place de cette commission mixte chargée de la relecture du projet de réforme n’aura duré que quelques jours car, un consensus général a été trouvé à la fin du toilettage des articles à désaccord. C’est avec une majorité de 80 voix pour contre trois abstentions et une opposition que les modifications ont été validées.

L’aboutissement d’un processus qui renforce les pouvoirs du président

Même si l’on n’espère pas de grand changement suite à ce toilettage, plusieurs amendements sont quand même apportés au texte afin d’en améliorer la portée. Le texte a été déposé ensuite pour examen de constitutionnalité devant les juges de la Cour constitutionnelle par Lucie Milebou-Aubusson,

VOIR AUSSI  Le Gabon à la recherche d’un nouveau souffle pétrolier

présidente du Sénat. Cette étape marque la fin d’un processus fortement critiqué par l’opposition qui y voit un renforcement des pouvoirs du président au détriment des prérogatives de l’Assemblée nationale. Parmi les réformes dénoncées par l’opposition gabonaise, figure le nombre de mandats présidentiels illimité.

Cependant, à en croire les colonnes de l’article ‘’Gabon : la réforme constitutionnelle en passe d’être adoptée par le Parlement’’ publié par Mathieu Olivier pour Jeune Afrique, un responsable du gouvernement déclare plutôt que « C’est une étape importante dans la réalisation des objectifs issus du dialogue politique national voulu par Ali Bongo Ondimba en 2017 ».

Avec cette réforme constitutionnelle, Ali Bongo Ondimba au pouvoir depuis la mort de son père en 2009 conforte d’avantage ses prérogatives présidentielles.

Laisser un commentaire