Politique

Tout ce que le FIFAS peut apporter de meilleur

Le FIFAS (forum international de la finance en Afrique subsaharienne) a pour principal but de développer et d’améliorer le modèle bancaire Africain. Pour cela, un bon nombre de points ont été traités, et ce, par différents intervenants, des personnalités du secteur financier.

Le défi principal était qu’une vingtaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique mettent le cap sur la capitale ivoirienne autour des tables rondes pour participer à ce forum et développer des sujets relatifs à la banque, la finance, la micro assurance et l’assurance.

Les organisateurs du FIFAS, Fin Afrique et BNI Gestion ont associé des personnalités et professionnels financiers de Côte d’Ivoire et d’ailleurs. Ce forum a pu compter sur la présence de panélistes prestigieux comme les ministres Cisse Abdourahmane, Kaba Nialé, et Brou Jean-Claude.

Le premier point était consacré à l’intégration financière comme moteur de la croissance en Afrique subsaharienne, le deuxième a porté sur des solutions pour renforcer l’économie financière des collectivités locales et le troisième, sur comment faire évoluer les marchés financiers africains en véritables outils de financement des PME.

VOIR AUSSI  Plus gros détenteurs d’or africains: l’Algérie en tête

Le FIFAS incite les institutions financières à développer un système de financement propre à l’Afrique.
Encourager les entités financières les plus importantes à apporter aide et soutien aux PME (petites et moyennes entreprises).

Les points bénéfiques pour la population et l’industrie

Pour le moment le taux de bancarisation est en dessous de 10% dans la plupart des pays africain. Il faut réussir à comprendre le déphasage entre les banquiers, les services proposés et la demande, les besoins de la population.

Pour les PME, les institutions banquières restent dans l’ensemble intouchables, et c’est exactement sur ce point qu’ils sont en train de travailler.

VOIR AUSSI  Un gazoduc du Nigeria vers l’Europe initié par le Maroc

Donner l’accès à des modes de financement alternatifs

Dans l’idée, un marché et une monnaie unique est la solution à tous ces maux. Ne plus être dépendant des autres pays pour avoir des financements, pouvoir tout gérer en interne en adaptant les services aux besoins et aux capacités de la population.

C’est tout un fonctionnement à mettre en place. Familiariser la population à la bancarisation est une chose, mais le but est aussi de leur donner l’accès à des modes de financement alternatifs tels que les fonds communs, les placements, l’épargne… tout en prenant en compte leur situation socio-économique et en adaptant les services à leurs besoins.

Le FIFAS est l’espoir d’une Afrique économiquement puissante.

Photo : apanews.net

Laisser un commentaire