Politique

33 candidatures à la présidentielle 2015: du jamais vu en Côte d’Ivoire!

Le 25 août, ce sont plus de 30 hommes et 3 femmes qui ont fait acte de candidature pour l’élection présidentielle du 25 octobre en Côte d’Ivoire.

C’est du jamais vu dans l’histoire du pays! Seulement vingt candidats avaient enregistré leurs candidatures à la Commission électorale indépendante ivoirienne (CEI) en 2010: «C’est un record car c’est la première fois qu’on atteint ce nombre pléthorique»(source) a expliqué à l’AFP Gervais Coulibaly, vice-président de la CEI. Ouverts le 4 août dernier, les enregistrements des candidatures auprès de la CEI se sont clôturés mardi à 17 heures GMT.

 

La lutte s’annonce acharnée entre les divers candidats une fois que la liste définitive sera rendue publique le 10 septembre par le Conseil constitutionnel ivoirien, soit 45 jours avant le scrutin. L’élection présidentielle ivoirienne de 2015 verra ainsi la succession ou le renouvellement de Ouattara à la présidence. Le président sera élu pour un mandat de 5 ans.

VOIR AUSSI  La BRVM a gagné !

 

Deux «frondeurs » du PDCI ont déposé leur dossier de candidature

 

election cote d ivoire continent noir 2Le président sortant Ouattara a déposé le 5 août son dossier de candidature au nom du Rassemblement houphouëtiste pour la paix et le développement (RHDP) qui regroupe son parti le RDR, mais aussi le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de Henri Konan Bédié après un bilan politique plutôt positif. Il avait été élu le 21 mai 2011 contre le président sortant Laurent Gbagbo. Des progrès économiques sont à noter sous son mandat. On peut en effet souligner la réduction de la pauvreté ces dernières années, un meilleur accès à l’éducation et l’électricité, et une croissance qui continue d’augmenter.

 

Malgré tout, deux «frondeurs » du PDCI ont également déposé leur dossier de candidature : l’ex-Premier ministre Charles Konan Banny et l’ancien ministre des Affaires étrangères Amara Essy. Pascal Affi N’Guessan s’est aussi porté candidat au nom du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir).

VOIR AUSSI  Goldman Sachs mise sur l’immobilier ivoirien

 

Cette pléthore de candidatures est plutôt synonyme de santé politique en Côte d’Ivoire. Le dynamisme instauré par la politique libérale d’Ouattara y est surement pour quelque chose dans la confiance du peuple en la politique du pays. Rappelons qu’après une décennie de crise politico-militaire, cinq mois de violences post-électorales meurtrières de 2010 et 2011 ont ébranlé le pays, en raison du refus de Laurent Gbagbo à reconnaître sa défaite à la dernière présidentielle face à Alassane Ouattara. Malgré tout, on peut parier que les prochaines élections présidentielles vont ouvrir une nouvelle ère en Côte d’Ivoire.

 

Sources des photos: afriqueitnews.com et lexpress.fr

Laisser un commentaire