Banques

Côte d’Ivoire : les marchés financiers imperturbables malgré les récentes crises

La Côte d’Ivoire, pays ouest africain dont l’économie nationale dépend en grande partie du cacao a vécu au cours de ces derniers mois une série d’évènements conjoncturels qui auraient pu mettre à mal son marché financier. Cependant, en dépit de la chute des prix du cacao et des soulèvements militaires, le pays est parvenu à faire une levée d’environ 1,75 milliard d’euros. Explications.

Une impressionnante levée de fonds en dépit d’un contexte peu favorable

Au pays d’Alassane Dramane Ouattara, le contexte ayant prévalu ces derniers mois aurait pu sérieusement influencer le climat des investissements. Cependant, c’est tout le contraire qui s’observe après la chute importante des prix du cacao à laquelle se sont ajoutées les récentes mutineries observées à Bouaké. En effet, les investisseurs internationaux continuent paradoxalement de témoigner leur confiance aux perspectives du pays. Cela, ils l’ont prouvé le 08 juin dernier en participant activement à la levée de fonds organisé par le gouvernement ivoirien. La côte d’ivoire a pu mobiliser dans ce cadre la somme de 1,25 milliard de dollars remboursables sur une période de 16 ans ainsi qu’un montant de 625 millions d’euros sur 08 ans à des taux bas de 6,25% et de 5,125% respectivement.

Source: wikimedia.org

Il faut préciser que cette performance est le fruit de la mobilisation générale du gouvernement de Ouattara et de son premier ministre en particulier qui n’a pas manqué de plaider pour cette opération par la multiplication des séances de lobbying de Paris à Boston en passant par Munich, Francfort, Londres et New York. A chacun de ses déplacements, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly se faisait accompagner de ses collègues Adama Koné de l’économie et des finances, Abdourahmane Cissé du Budget, Kaba Nialé du Plan, Thierry Tanoh chargé du développement des énergies renouvelables ainsi que du secrétaire général de la présidence Patrick Achi.

VOIR AUSSI  Crise du secteur minier en Afrique du Sud : Gouvernement et groupes miniers dos à dos !

Une levée de fonds favorisée par l’indifférence des investisseurs aux risques

Si la côte d’ivoire a pu réussir sa levée de fonds, c’est en partie dû au discours convaincant mené par le gouvernement expliquant aux investisseurs que les récentes mutineries ne traduisaient pas une situation de crise mais simplement un problème lié au paiement des primes des soldats. Par ailleurs, la communauté financière n’a pas été impressionnée par la baisse des cours du cacao.

Source: commons.wikimedia.org

De l’avis de certains observateurs, le géant producteur mondial de cacao a su réaliser ces objectifs financiers en profitant d’un climat international propice aux investissements. C’est ce que pense David Cowan, économiste africain à la banque américaine Citi en disant «Il y a eu un nouvel afflux d’argent dans les marchés émergents à partir du second semestre de 2016, et encore davantage en 2017.Le coût d’une émission de dette internationale est maintenant assez faible pour la plupart des pays africains. Les investisseurs en recherche de rendements ont tendance à minimiser les risques politiques et macroéconomiques.» selon l’article ‘’Marchés financiers : Abidjan reste convaincant’’ publié par Fréderic Maury le 23 juin 2017 sur jeuneafrique.com.

VOIR AUSSI  Goldman Sachs mise sur l’immobilier ivoirien

Chez les investisseurs, on note alors une indifférence générale face aux risques qui profite non seulement à la côte d’ivoire, mais également à d’autres pays africains comme le Cameroun et le Gabon qui maintiennent leurs taux de dettes extérieures en dépit du contexte difficile au sein de la Cemac.
Cette mobilisation importante de fonds permettra à la côte d’ivoire d’alimenter son plan national de développement pour la période 2016-2020

Laisser un commentaire